D’une manière communément admise par les scientifiques, la Terre à l’époque du néolithique, environ 10 000 ans avant Jésus Christ, était peuplée par des hommes primitifs dont les sociétés étaient marquées par l’utilisation d’une économie basée sur l’agriculture et l’élevage sans qu'il ne soit question de civilisation...

Par civilisation et encore plus « civilisation avancée », il faut entendre une société dans laquelle les progrès tant social, matériel que culturel sont suffisamment élevés qu’il est possible de les opposer aux termes de barbarie et de sauvagerie.
Les sociétés du néolithique, même si elles pouvaient posséder des villes dues à une sédentarisation induite par la découverte de l’agriculture, ne possédaient pas de véritable organisation tant sur le plan politique que du travail, ni travaux publiques monumentaux ou de réalisations artistiques gigantesques et encore moins de connaissances scientifiques.
Les premières civilisations communément reconnu comme ayant laissé suffisamment de traces pour être identifiées comme telles sont Sumer (6000 ans avant J.C.), l’Egypte antique (3000 ans avant J.C), la vallée de l’Indus (5000 ans avant J.C) et la Chine (500 ans avant J.C).
Pour être qualifiée de civilisation, celle-ci doit regrouper des caractéristiques d’organisations (présence d'une ville, travail spécialisé, concentration de surplus de production, structure de classe, organisation étatique) et des caractéristiques matériels (travaux publics monumentaux, commerce à longue distance, réalisations artistiques monumentales, comptabilité, registre, arithmétique, géométrie, astronomie …).
Et pourtant, avec l’évolution des techniques modernes de datation, ce documentaire semble apporter des preuves irréfutables quand à l’existence d’une civilisation avancée antérieure à celle de Sumer, dont les Egyptiens se seraient inspirés, et qui daterait d’environ 10 000 ans avant J.C.